• Décidément cette année se place sous l’eau noire, le parfum crée par Claude François. 
    En effet, après la réédition du parfum légendaire, sous forme de bougies parfumées, tirées à seulement à 500 exemplaires, le Moulin de Dannemois vient de racheter un lot de petites pochettes originales imbibées du parfum eau noire que l’artiste vendait en bureaux de tabac, et parfumerie. 
    Il s’agit d’un produit original rare et commercialisé donc à l’époque du chanteur disparue, disponible exclusivement dans la boutique du Moulin. 
    Attention il n'y à que 100 exemplaires.

     

     

     

     

    Pendant les vacances


    5 commentaires
  • Grand moment d’émotion le 15 Juin à Arlon. Julie Bocquet, la fille cachée de Claude François, s’est déplacée dans le chef-lieu de la province de Luxembourg pour inaugurer une exposition qui dévoile les plus belles pièces de la collection de José Claude, qui se présente comme le plus grand fan de Cloclo.

    Julie, la fille cachée de Claude François, a inauguré l’expo du «plus grand fan de Cloclo» à Arlon: «Comme s’il était encore là»

    «  C’est la première fois de ma vie que je vois ça  », glisse Julie Bocquet, Émue, qui se montre impressionnée par la collection de l’Arlonais. «  Moi, j’ai une seule tenue de mon père et je suis déjà très fière. Mais par rapport à toi, ce n’est pas grand-chose  », sourit-elle en s’adressant à Claude.

    Julie, la fille cachée de Claude François, a inauguré l’expo du «plus grand fan de Cloclo» à Arlon: «Comme s’il était encore là»

    Julie, Prisca et ceux qui les accompagnent sont alors invités à signer un livre d’or et à laisser une trace de leur passage sur la porte de la chambre du fan arlonais. «  Cela remue tellement de souvenirs de voir tout ça  », explique Prisca, l'ancienne Clodette. «  J’ai consacré toute ma vie à Claude François. Quand je vois toutes ces photos, j’ai presque l’impression qu’il est là, vivant. ».

     


    8 commentaires
  • L’année 1969 est une grande année pour Claude François.
    Frank Sinatra a sortie “My Way”… la version américaine de "Comme D’habitude”… mais c’est aussi une année avec de nombreux concerts en France et en Italie.
    Le point culminant sera bien évidemment l’Olympia. Ce combo retrace son année de concerts, aussi vibrante qu'émouvante.
    Ainsi, après le fantastique succès presse et public du vinyle violet 25 cm "Les Inédits" de Claude François, déjà complètement épuisé la semaine de sa sortie !
    Nous avons le plaisir de vous annoncer que vous pouvez déjà pré-commander sur notre site le combo (Vinyle + CD + Poster) "Super Show '69" qui est sorti ce 15 juin.
    Attention, il n'est disponible qu'en édition limitée, super collector à 1000 exemplaires, et il est disponible à la boutique du Moulin, renseignements au 0164984554

    Prochaine sortie

    Prochaine sortie

    Prochaine sortie

    Prochaine sortie


    8 commentaires
  • Mort de Claude François : la famille et les fans de Cloclo réunis pour une messe

    Son fils Claude François Jr, ses petits-enfants, des Clodettes mais aussi quelque 400 fans se sont réunis pour une messe en hommage à Cloclo.

    Rarement on aura vu, lors d'une cérémonie religieuse, autant de flashs crépiter et de smartphones se dresser. Il régnait une ambiance assez étonnante samedi dans la petite église Notre-Dame d'Auteuil, nichée dans le XVIe arrondissement de Paris. Une cérémonie en hommage à Claude François, décédé le 11 mars 1978, était organisée. Quarante ans plus tard, la popularité du chanteur n'a pas pris une ride.

    Autour de son fils aîné, Claude François Jr, accompagné de sa mère, Isabelle Forêt, et de quatre de ses cinq enfants, tous blonds comme leur grand-père, quelque 400 fans s'étaient donné rendez-vous auprès de leur idole. Beaucoup de proches du chanteur étaient là également. Des ex-Clodettes mais aussi Didier Barbelivien ou Vline Buggy, la parolière fétiche de Cloclo à qui l'on doit « Belles ! Belles ! Belles ! », « Si j'avais un marteau » ou encore « Marche tout droit ».

    Un « ouvrier du cœur »

    La cérémonie a été célébrée par le père Luc Reydel, l'aumônier des artistes, et c'est Martine Keusseyan, secrétaire du seul fan-club officiel du chanteur, qui a pris la parole au nom des fans, devant un portrait en noir et blanc du chanteur les yeux fermés. Claude François, ce fut « seize ans de bonheur et d'amour. Toute sa vie, il a cherché à donner de la tendresse. C'était un ouvrier du coeur ».

     

    A l'issue de la cérémonie, l'assistance reprend en choeur « Un jardin dans mon coeur ». Puis, comme le permet une tradition réservée aux artistes, la foule a ensuite très longuement applaudi dans l'église...

    Mort de Claude François : la famille et les fans de Cloclo réunis pour une messe

    Visiblement ému, le fils aîné du chanteur, âgé de 49 ans, n'a pas caché que quarante ans après, cette postérité le surprenait. « Claude François a pris une place dans le coeur des fans, et c'est très touchant. La force du répertoire fait que toutes les générations sont concernées. Si mon père n'est pas un Prix Nobel, c'est quelqu'un qui a fait du bien », poursuit-il. Didier Barbelivien estime « cette postérité méritée. Claude François avait une avance sur son temps. 80 % de sa discographie a encore un son actuel. »

    « Joyeux, solaire, gentil et très drôle »

    Un avis partagé par de nombreux fans à l'instar de Stéphanie, 57 ans, assistante maternelle à Bondy (Seine-Saint-Denis), qui avoue « avoir gardé son âme de midinette en écoutant Claude François tous les jours depuis bientôt cinquante ans ! » « C'est tout simplement le plus grand chanteur français ! Vous ne pouvez pas aller à une soirée dansante sans que l'on vous passe un de ses tubes ! Claude n'a pas eu d'hommage national lui, mais c'était un homme bien. Il n'a pas déshérité ses enfants ! »

    Sur le parvis, l'ancien entourage du chanteur, ingénieurs du son, musiciens et Clodettes bavardent. « On a tous vécu des moments incroyables avec Claude », raconte, souriante et émue, Solange qui fut sa première Clodette. « Il était joyeux, solaire, gentil et très drôle », insiste Dani, une autre de ses danseuses. « Bien sûr, il était exigeant avec nous, mais comme il l'était avec lui, poursuit Ketty, qui fut six ans Clodette. Vous croyez vraiment qu'on serait là, si nombreux, s'il avait été un personnage odieux ? »

    VIDEO. Les 40 ans de la mort de Claude François vus par les fans


    13 commentaires
  • Un collège de Nîmes se met à l'heure de Claude François

    A l'occasion de l'anniversaire des 40 ans de la mort de Cloclo, le 11 mars dernier, le collège Diderot de Nîmes(Gard) diffuse les tubes de l'idole à chacune des sonneries marquant l'heure des cours. 

    « Elles sont toutes... belles, belles, belles, comme le jour ! » La sonnerie vient de retentir au collège Diderot de Nîmes (Gard). Et avec elle, l'hommage musicale à Claude François, mort il y a tout juste quarante ans, le 11 mars 1978. Toutes les heures, un tube de Cloclo résonne ainsi quelques secondes dans l'école. « Nous diffusons une chanson différente chaque jour », précise Marie Dejean, principale adjointe. Comme d'habitude... Depuis que la sonnerie a été remplacée par de la musique, il y a quatre ans. « Chaque semaine, nous changeons de thématique, en fonction de l'actualité, des idées ou des envies de chacun. »
     

    Récemment, Johnny et France Gall se sont succédé... Mais cela peut aussi bien être des chansons anglaises ou espagnoles, dans le cadre d'une semaine linguistique, par exemple. « Parfois, on pense qu'on va écouter Rihanna et puis c'est Claude François, c'est un peu violent », sourit Kaoutar, élève en 3e. Les propositions des collégiens, par le biais de leurs délégués, restent cependant toujours les bienvenues... « Il n'y a aucune limite, dans la mesure où ça ne heurte personne », confie Marie Dejean. Rihanna a donc encore a priori toutes ses chances !


    8 commentaires
  • C’est un souvenir pour le moins étonnant sur lequel est revenue l’une des anciennes Clodettes. 

    L’étrange phénomène qui s’est produit sur le lit de mort de Claude François

    Le 11 mars 1978 restera à jamais un triste jour pour les proches et fans de Claude François. Une journée noire qui a également marqué Prisca, une ancienne Clodette. Pas seulement pour le chagrin qu’elle avait ressenti mais aussi pour l’étrange phénomène dont elle a été témoin.

    L’étrange phénomène qui s’est produit sur le lit de mort de Claude François

    Celle qui avait raconté avoir été photographiée nue par le chanteur alors qu'elle n'avait que 14 ans a accepté de raconter son 11 mars 1978 au journal L'Echo républicain. « Nous étions avec les autres Clodettes au Studio des Buttes Chaumont, pour l’enregistrement des Rendez-vous du dimanche » se souvient Prisca.

    « Nous étions déjà maquillées et habillées. Alors que j’étais dans un couloir, Sandra, une Clodette, a crié : ‘Prisca, Prisca, viens vite. Claude est mort !’ Je ne l’ai pas cru. » Malheureusement, la jeune femme est rapidement confrontée à la réalité de la chose.

    Elle s’est alors rendue au chevet de Claude François. « L’appartement était silencieux et sombre. Les rideaux avaient été tirés pour éviter les photos de paparazzi. L’odeur était particulière. Claude était allongé sur le lit, vêtu de son magnifique costume bleu nuit en velours. Son visage était reposé. J’avais l’impression qu’il dormait. »

    Une curieuse impression qui sera confortée par un étrange phénomène. « J’ai glissé ma main sous la sienne. Les bouts de ses doigts se sont refermés sur ma main. À ce moment-là, j’ai eu cette pensée un peu ironique : « Dis-donc Claude, tu ne nous fais pas un coup de pub là  ? ». »

     

    Non, Claude François était bien parti malgré cette pensée qu’elle a vite écartée. « En fait, la main avait peut-être gardé un peu d’élasticité. De nombreuses personnes se sont succédé à son chevet.  »


    8 commentaires
  • Surpris par le testament de Johnny Hallyday, le fils de Claude François raconte comment il a lui-même failli refuser l’héritage de son père

    L’héritage de Johnny Hallyday fait beaucoup parler de lui depuis quelques jours. Mais comment d’autres enfants de star ont-il vécu leurs propres histoires de succession ? Le Journal le Parisien a rencontré Claude François Junior pour en savoir plus.

     

     

    Claude François Junior gère le patrimoine musical de son père. C’est lui qui a le droit moral sur ses chansons, "c’est-à-dire que je donne l’autorisation d’utiliser son répertoire, son image, son histoire dans un film, une publicité, un spectacle", a-t-il expliqué au Parisien. Claude François est décédé brutalement en 1978 et n’avait pas laissé de testament. Ce sont donc ses deux fils, Claude et Marc, 9 et 8 ans, qui sont devenus ses héritiers.

    Surpris par le testament de Johnny Hallyday, le fils de Claude François raconte comment il a lui-même failli refuser l’héritage de son père

    Claude François Junior explique au Parisien avoir été surpris en découvrant que Johnny Hallyday léguait tout à sa femme Laeticia et rien à ses enfants, David et Laura. "J’ai été touché par la lettre que Laura a écrite avec son cœur. C’est un testament, une histoire privée, signé par l’intéressée."

    Contrairement à lui, les enfants de Johnny n’auront donc pas leur mot à dire sur les projets liés à leur père, à sa carrière et à son image. "C’est assez incompréhensible. Je trouve que l’usage du droit moral doit être confié à des gens qui ont connu l’artiste pour qu’ils soient à même de s’inscrire dans son ADN et sa démarche. David a travaillé avec son père. Laeticia aussi, certes. Mais pour moi, les Hallyday, c’est un peu l’histoire du "Roi Lion" : Johnny, le patriarche sur son rocher, et David, le petit Simba héritier. Mais ce n’est sans doute qu’une image."


    10 millions de dettes

    Le Parisien questionne ensuite le fils de Claude François sur l’héritage de son père. L’homme a d’abord hésité à refuser la succession. "Mon père avait laissé près de 10 millions de francs de dettes, ce qui était une énorme somme en 1978. Il faut savoir que des vedettes de la chanson comme mon père ou Johnny avaient un train de vie de star américaine connue dans le monde entier alors qu’ils n’ont de succès que dans leur pays. Quand mon père est mort, un tuteur de biens a été nommé et un tuteur de personne, en l’occurrence notre mère, a été désigné alors que nous étions mineurs. C’est ainsi qu’a été décidé rapidement de vendre le moulin de Dannemois, la résidence de mon père où il y avait un jardin, une piscine, 100 m² à chauffer, deux gardiens, des frais d’entretien abyssaux."

    Aujourd’hui, l’œuvre de Claude François rapporte encore plusieurs millions d’euros par an. "C’est un chiffre d’affaires à six zéros, affirme Claude François Junior, quand on compte tout : les ventes de disques, les droits d’exploitation, d’utilisation dans des films, des publicités, les reprises comme le disque de M. Pokora. Et puis, il y a au milieu de tout ça "My Way", qui continue de faire le tour du monde."


    Une fille cachée ?

    Dans Le Parisien, le fils de Claude François revient aussi sur l’histoire de cette jeune femme qui prétend être la fille cachée de son père. "Le cas de ces derniers jours n’est pas un scoop. Un réalisateur a trouvé opportun d’aller rechercher cette personne et l’intégrer dans un documentaire pour faire un peu de buzz. Je ne dirai rien de plus car je ne veux pas mettre de l’huile sur le feu. Et je ne veux faire de mal à personne. Depuis 40 ans, des gens se manifestent ainsi. Mais une maman qui fait un enfant toute seule peut être en manque d’imagination et vouloir faire briller l’histoire… Parfois, ça dépasse l’entendement. On a eu plusieurs revendications de paternité mais jamais de procédure devant la justice."

     

     

    Surpris par le testament de Johnny Hallyday, le fils de Claude François raconte comment il a lui-même failli refuser l’héritage de son père

    Merci mon cœur pour ta belle créa anniversaire clown


    6 commentaires
  • L'interview surréaliste de Claude François : "Après 18 ans, je me méfie, les filles commencent à réfléchir"

    Julie la fille cachée de Claude François est sortie de l'ombre pour raconter son histoire. Au-delà de la révélation de son existence, un élément pose question: l'âge de la mère de Julie lorsqu'elle rencontre la star...

    En 1975, Fabienne n'a que 13 ans lorsqu'elle fait la connaissance du chanteur. Il est vrai que leur idylle ne débute que l'année d'après, mais la Belge n'a toujours que 14 ans à ce moment-là. Les rencontres de Fabienne et Claude se font au gré des tournées. À 15 ans, l'adolescente donne naissance à leur enfant. Ses parents l'obligent à mettre le bébé à l'adoption.

    Depuis la révélation de cette histoire, de nombreuses personnes nous ont témoigné leur "étonnement" en découvrant l'âge qu'avait Fabienne au début de leur relation. "Elle avait 13 ans lors de leur rencontre, donc 14 lorsque "leur idylle" a commencé lui 37.

    D'après les précisions données par Julie, sa mère biologique avait convaincu l'interprète de "Comme d'habitude" qu'elle avait 18 ans. Selon la fille cachée de Claude François, ce dernier ignorait l'âge véritable de Fabienne. "Ma mère et Claude ont entretenu une relation suivie d'une dizaine de rencontres entre 1976 et 1977. Elle n'était pas fan comme les filles qui passaient le jour et la nuit à l'attendre, le suivre partout, qui l'aimaient inconditionnellement. Elle était trop jeune et ses parents n'acceptaient qu'elle aille le voir que de temps à autre, sans se douter une seule seconde que leur fille pourrait vivre une relation amoureuse avec une vedette. (…) Lui était intimement convaincu qu'elle avait 18 ans", raconte Julie à Sudpresse.


    Une attirance pour les filles très jeunes

    Mais une chose est certaine, la star était attirée par les filles très jeunes comme le confirme son ami Jean-Marie Périer dans le documentaire "Cloclo 40 ans après, ultimes révélations" diffusé sur la chaîne TMC.


    Le photographe y parle de cette "obsession" et explique que la star assumait publiquement cette attirance...

    En 1964, Claude François tombe sous le charme de France Gall alors âgée de 17 ans. Après 4 ans de relation tumultueuse, ils se séparent. Des années plus tard, l'artiste de 35 ans vit une histoire d'amour avec Sofia Kiukonnen, un mannequin de 19 ans, comme le montre l'émission.

    Ce documentaire dévoile également une interview étonnante accordée à la RTBF dans les années 70. La star parle sans détour de son attirance pour la "jeunesse". "Je les aime jusqu'à 17-18 ans, après je commence à me méfier. Dieu seul sait si j'ai des aventures au-delà de 18 ans bien sûr... Heureusement. Mais après 18 ans, je me méfie parce que les filles commencent à réfléchir, elles ne sont plus naturelles", précise alors l'interprète de "Alexandie Alexandra".

    Retrouvez l'extrait à la 65ème minute de la vidéo.

     


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique