• VOICI UNE AUTRE ANECDOTE QUE J'AI TOUJOURS TROUVER DANS LE "LE POST ARCHIVES" DATANT TOUJOURS DU 11 MARS 2008

    Je me souviens parfaitement de ce 11 mars 1978... Je venais de garer ma Coccinelle sur le parking d'un hôtel à Megève, pour quelques jours de vacances. Il était 16 heures.

    Quand je suis arrivé à la réception, il y avait devant moi une jeune femme en pleurs. J'ai attendu quelques minutes avant de lui parler. J'étais littéralement pétrifié par son état.

    Elle sanglotait, tentait de prononcer quelques mots, sans que les sons sortent franchement de sa bouche.
    Je lui ai posé la main sur ses épaules, en lui demandant de bien vouloir s'asseoir sur un fauteuil, là... Je lui montrais un fauteuil en vieux cuir qui avait dû subir les attaques répétées du chat de la maison.

    J'étais très gêné. Peu à peu, la jeune femme s'est calmée. Elle reprenait ses esprits.

    Je me souviens de son regard, comme si c'était hier. Pourtant, déjà trente ans...

    C'était sûr, on venait de lui apprendre une nouvelle terrible. Le monde chancelait sous ses pieds. Ses yeux étaient sombres, son regard lointain. En reniflant, elle m'a crié : "Il est mort ! Il est mort ! Il est mort !"

    Et voilà que ma réceptionniste repartait de plus belle dans ses sanglots.
    Ce n'était pas son ami qui venait de mourir. C'était bien plus que cela...
    Elle a continué à me crier dessus : "Cloclo... Cloclo... Il est mort !"
    Elle s'est affalée sur le fauteuil.

    Puis subitement elle a été prise de convulsions... L'amie qui m'accompagnait est entrée à ce moment-là.
    Devant cette femme en pleine de crise de nerfs, elle a eu le geste que je ne pouvais pas faire : elle lui a balancé une claque magistrale.
    Une claque qui a résonné dans la réception de l'hôtel.

    C'est ainsi que j'ai appris la mort de Claude François. Il était mort quelques minutes avant cette scène d'hystérie. Une scène que je garde toujours en mémoire.
    Trente ans après.

    C'était un flash d'Europe 1 qui avait annoncé à la jeune réceptionniste la fin de son idole.


    9 commentaires
  • Voix nordiste de «Podium» Noël Lagoia continue de rendre hommage à Claude François

     

    Rendez-vous avec un artiste dont le visage est certainement moins célèbre que la voix. Que retentissent les premiers couplets du Lundi au soleil ou de Comme d’habitude, et vous n’y verrez (ou entendrez) que du feu!

    Noël Lagoia, énergique quinquagénaire habitant désormais Loon-Plage dans le Dunkerquois, s’est rendu célèbre en chantant Claude François dans le célèbre Podium de Yann Moix. Forcément, ça marque, surtout quand on est soi-même un grand fan du chanteur. « Ma passion pour lui a commencé quand j’étais petit. Je suis allé le voir au palais du Littoral à Grande-Synthe. J’étais au premier rang. Je suis resté figé. Ça a été le déclic. »

     

    Mais attention, Noël n’est pas un imitateur. La voix de Cloclo, c’est aussi la sienne, de manière naturelle. Son timbre, ses intonations, sa tessiture, sans même se forcer. Et c’est donc avec ce surprenant organe que le Nordiste signe trois nouveaux titres, dont un morceau phare : Boulevard Exelmans. « J’ai voulu rendre hommage à Claude François et surtout à ses fans qui surveillaient ses allées et venues jour et nuit, sur le boulevard Exelmans, à Paris, là où il avait son appartement (au nº 46) et aussi ses bureaux (au nº 122). »

     

    Ce titre, c’est au départ une idée d’Emmanuel Valloy, le directeur du théâtre les Insolites à Saint-Georges-sur-l’Aa, près de Dunkerque. Les deux hommes se connaissent bien. Noël a l’habitude de chanter sur cette scène où il estime s’être « trouvé une famille artistique ». Emmanuel a même proposé au chanteur d’intégrer la troupe théâtrale du lieu pour interpréter un rôle dans Con-promis, une « comédie musicale de boulevard ».

     

    « De vous à lui »

     

    En début d’année, Emmanuel, ès qualités de producteur, propose à Noël d’écrire cet hommage à Cloclo. Il en suggère même le titre. Noël fait le reste. La musique, les paroles. Il entre en relation avec Éric Dulle, saxophoniste de Coudekerque-Branche, doté d’un studio de mixage. Le titre est agrémenté d’un clip tourné notamment dans la capitale, évidemment boulevard Exelmans (à retrouver sur notre site Internet). Mieux : Noël Lagoia sort également un mini-CD, où son titre-phare est accompagné de deux reprises à redécouvrir : Avec la tête, avec le cœur « en version R’n’B » et Éloïse « façon dance ». Le tout « en respectant l’esprit des chansons originales », assure l’artiste, à la fois humble (« Je n’ai jamais voulu mettre de perruque blonde »), reconnaissant (« Sans Claude François, je n’existerais pas ») mais désireux de trouver… sa propre voix. Voilà pourquoi, en marge des représentations théâtrales, il compte bien écrire et sortir en 2014 un album de créations originales. Ce qui ne l’empêchera pas de continuer à tourner dans la région avec un gala appelé De vous à lui, grâce auquel il recueille un chaleureux succès. En chantant Claude François…

     

    Repères biographiques

    Noël Lagoia est né en 1959 à 40 km de Rouen, mais il devient nordiste dès six ans, lorsque ses parents s’installent à Malo-les-Bains (son père est soudeur). Auteur-compositeur-interprète, il devient célèbre en prêtant sa voix hors norme au film « Podium », de Yann Moix, avec Benoît Poelvoorde, Julie Depardieu et Jean-Paul Rouve. Signe particulier : Noël a exactement le même timbre que Claude François… Idéal pour une comédie qui raconte l’univers des fans et des sosies de Cloclo. La voix du Nordiste est entendue par 3,5 millions de spectateurs en France !


    12 commentaires
  • VIBRATIONS COLLECTOR 20/32

    VIBRATIONS COLLECTOR 20/32

    VIBRATIONS COLLECTOR 20/32

    VIBRATIONS COLLECTOR 20/32


    13 commentaires
  •  


    10 commentaires
  • Monty fit la grande tournée de 1964 avec Claude François. Il chanta en duo avec lui plusieurs fois les années suivantes.
    Écrite en collaboration avec son ami Michel Bourdais de Salut Les Copains et qui fut aussi le dessinateur de Claude François, Monty livre ses secrets dans son autobiographie, déjà en pré-vente aux éditions&co.
    Il nous invite dans les coulisses de ses collaborations avec Dalida, Sheila, Claude François, Eric Charden, Eddy Mitchell...
    Il dévoile, pour la première fois aussi, l'histoire surprenante et rocambolesque de l'indémodable hymne au ballon rond "Allez les Verts" dont il est l'auteur.
     
    "Ma vie en vert" raconte l'itinéraire d'un enfant d'après-guerre, passionné par la musique et le ballon des terrains de foot. On y découvre une vie pleine de fougue, de rencontres, de réussites et d'échecs, de bonheur et d'émotions.
     
    "Ma vie en vert" est un regard sur ces années "âge tendre", le témoignage d'un enfant de la balle et du ballon rond, entre showbiz et Chaudron (le stade de Saint-Étienne), tournées et épopées.
     
    On dit que ce sera l'événement de la rentrée littéraire. 
    Pour plus d'informations encore, suivre le lien :

    Les secrets de Monty dans son autobiographie :  "Ma vie en vert, du showbiz au chaudron"


    9 commentaires
  • VERSION CLOCLO

    SI TU VEUX ÊTRE HEUREUX

    VERSION ORIGINALE / VERSION CLOCLO 41

    VOILA LA VERSION ORIGINALE

    JIMMY SOUL - IF YOU WANNA BE HAPPY

    VERSION ORIGINALE / VERSION CLOCLO 41


    10 commentaires
  • VIBRATIONS COLLECTOR 19/32

    VIBRATIONS COLLECTOR 19/32


    11 commentaires